Vaginisme : quand le corps dit non à la pénétration !

0
234

LE VAGINISME, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le vaginisme pourrait se définir comme une peur panique de la pénétration, conduisant la femme qui en souffre à adopter différentes stratégies pour éviter toute pénétration.

Le vaginisme est un dysfonctionnement sexuel assez fréquent. Il se traduit par une contraction involontaire : c’est le resserrement réflexe des muscles du plancher pelvien (muscle entourant le vagin) qui se produit lorsqu’il y a tentative d’insérer un objet dans le vagin (tampon, spéculum, pénis, etc.). Cette contraction peut rendre la pénétration impossible (le vagin étant alors totalement clos) ou possible mais très douloureuse.

2 ) Vaginisme : causes et traitements

Vaginisme primaire :

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’un vaginisme primaire chez la femme :

La non-intégration du vagin dans le schéma corporel : en clair, la femme connaît mal son corps. Elle se représente un vagin petit, étroit ou pense avoir un hymen scléreux et épais qui obstrue complètement l’orifice vaginal. Elle n’a jamais regardé avec une glace sa vulve, jamais mis un doigt dans le vagin, et souvent elle n’utilise pas de tampons périodiques. Ce trouble peut être superficiel. Une information sexuelle et une sexothérapie permettront de le régler en quelques mois ;

Des conflits inconscients ou une ambivalence vis à vis de la venue d’un futur enfant. Dans ce cas, seule une psychothérapie analytique ou une psychanalyse permettront de régler le problème ;
Le spasme des muscles se produit malgré elle à chaque tentative de pénétration : le trouble est alors psychologique. Un sexologue décidera avec elle de la démarche à suivre : psychothérapie, sexothérapie, désensibilisation sous relaxation ou hypnose.

Vaginisme secondaire :

Le vaginisme secondaire survient après une période de sexualité sans problème, du moins sans problème de pénétration. Il se manifeste souvent après une période de dysparéunie (douleurs lors des rapports sexuels). La crainte de la douleur amène le corps à se défendre de manière réflexe. Les muscles se contractent pour empêcher la pénétration qui a été de nombreuses fois douloureuse.

Quelles solutions face au vaginisme ?

Le vaginisme est un problème beaucoup plus commun qu’on ne le croit. Les femmes vivant avec le vaginisme ont souvent honte. Elles n’en parlent à personne. C’est malheureux, car il est plus facile de traiter le vaginisme lorsqu’il ne se manifeste que depuis plusieurs années…

Les techniques présumées rapides et faciles, qu’elles ont essayées, ont généralement été décevantes ce qui alimente le défaitisme. Pourtant les approches modernes ont fait la preuve de leur efficacité.

Elles s’appuient, le plus souvent, sur deux piliers : l’approche sexo-corporelle et l’approche cognitivo-comportementale.

L’approche sexo-corporelle (relaxation, respiration, hypnose, conscience du corps…) vise à permettre à la femme de bien connaître et contrôler ses muscles intimes et d’expérimenter sa capacité à réduire les sensations douloureuses.

l’approche cognitivo-comportementale, souvent combinée, permet de considérer la façon dont l’esprit (pensées, sentiments) et le comportement peuvent aussi moduler, dans un sens ou dans l’autre, les signaux douloureux perçus par le cerveau.

Si vous souffrez de vaginisme, il ne faut pas hésiter à consulter un sexologue.

Texte relu et validé par une gynécologue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here