PRENDRE DE LA DISTANCE.

0
127

– C’est d’abord l’occasion d’une prise de recul.

Partir, s’éloigner, mettre des kilomètres entre soi et ses problèmes est une bonne manière de prendre du recul, à mesure que l’on prend de la distance. Heureusement, la relativisation n’est pas proportionnelle au nombre de kilomètres parcourus. Pour autant, cette évasion donne la sensation qu’on laisse ses soucis sur place, tout en réalisant qu’on les retrouvera – mais plus tard.

– Il y a ensuite le dépaysement, qui n’est pas un vain mot, puisqu’il signifie bien « voir d’autres paysages ».

Les vacances « chez soi », ne sont jamais aussi plaisantes que les vacances « chez les autres », en ce qu’elles offrent à notre regard un autre point de vue : couleurs, nuances, contrastes…nous régalent. Et il ne faut surtout pas rater une occasion de regarder l’horizon. Les urbains savent qu’en ville, notre regard est toujours arrêté par quelque chose. Profitez d’une perspective « à perte de vue » pour méditer un peu…

– Il y a enfin le changement de rythme et un effort de ralentissement.

Il s’agit de l’exercice du « pot de miel ». Plusieurs fois dans la journée, vivez ce que vous êtes en train de faire en imaginant que vous êtes dans un pot de miel géant . Ralentissez vos gestes, décomposez-les, comme si le miel vous freinait. Il recommande la pratique quotidienne de cet exercice pendant seulement 3 mn, pour avoir déjà une meilleure conscience de ce que l’on fait, et améliorer notre rapport au présent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here